Paysages et environnement

Vue de la Roche Guyon

Lors des phases périglaciaires, la Seine, dont le débit était beaucoup plus fort, a fortement érodé les rives concaves des boucles.

Le versant Nord, donnant vers la Seine, n’est pas uniforme. Il est constitué d’une alternance de pointements, les “pinacles”, et de talwegs de largeur variable.
Le substrat géologique offre une certaine diversité. Les pinacles et les talwegs qui les séparent sont taillés dans des craies, du Campanien et du Santonien. Elles sont blanches et assez tendres, avec des silex noirs en bancs rapprochés.
C’est dans ces craies que l’on trouve les “boves”, qui sont des cavités naturelles, ou élargies par la main de l’homme, et qui ont servi ou servent encore d’habitat troglodytique.

Les coteaux calcaires

Les pelouses calcaires occupent les versants des vallées qui entaillent le plateau du Vexin français. Ces milieux comprennent des pelouses rases dites pelouses calcicoles, des prairies au couvert végétal plus haut et plus dense et des friches qui résultent de l’abandon des pratiques agro-pastorales.

Jusqu’au début du siècle, les cultures dominaient, en particulier les vignes et les vergers, tout en laissant place au développement d’espèces sauvages. Certains versants façonnés en terrasses témoignent encore de ces usages. Cette occupation du sol a permis de maintenir les espaces ouverts. L’abandon de ces pratiques au cours du XXe siècle a entraîné l’implantation d’un boisement spontané et par conséquent, la fermeture du milieu et une diminution de la diversité animale et végétale

La faune

Par ailleurs, les boucles de la Seine sont un site privilégié d’observation de nombreux oiseaux migrateurs ou sédentaires.
Ce milieu est également propice aux insectes tels que la cigale des montagnes, la libellule et aux reptiles comme la couleuvre à collier ou le lézard vert.

La flore

De nombreuses espèces rares et protégées de la flore y sont recensées parmi lesquelles l’astragale de Montpellier et l’hélianthème blanchâtre.
Les variétés d’orchidées communes ou plus rares s’y épanouissent facilement.
Pour préserver ces espèces, il est naturellement interdit de les cueillir.

Le survol en drone des zones naturelles sensibles telles que la Réserve Naturelle Nationale des Coteaux de la Seine, ainsi que des zones classées monument historique est interdit.

Pour savoir plus sur la Réserve Naturelle Nationale des coteaux de la Seine, consultez la page dédiée du site du Parc Naturel du Vexin.