Paysages et environnement

Vue de la Roche Guyon

Lors des phases périglaciaires, la Seine, dont le débit était beaucoup plus fort, a fortement érodé les rives concaves des boucles.

Le versant Nord, donnant vers la Seine, n’est pas uniforme. Il est constitué d’une alternance de pointements, les “pinacles”, et de talwegs de largeur variable.
Le substrat géologique offre une certaine diversité. Les pinacles et les talwegs qui les séparent sont taillés dans des craies, du Campanien et du Santonien. Elles sont blanches et assez tendres, avec des silex noirs en bancs rapprochés.
C’est dans ces craies que l’on trouve les “boves”, qui sont des cavités naturelles, ou élargies par la main de l’homme, et qui ont servi ou servent encore d’habitat troglodytique.

La Réserve Naturelle Coteaux de la Seine

Situation

Située dans le Parc naturel régional du Vexin français, à 70 km au nord-ouest de Paris, la réserve naturelle nationale des coteaux de la Seine est classée depuis le 30 mars 2009.
La réserve s’étend sur 268 ha de coteaux calcaires formant un vaste versant abrupt d’exposition sud. On y trouve l’un des ensembles de pelouses calcaires les plus importants du bassin parisien, tant par sa superficie et sa richesse que par son état de conservation. Parois et pitons crayeux caractérisent cette entité paysagère en Île-de-France. La réserve s’étend sur 5 communes appartenant aux départements du Val-d’Oise : Vétheuil, Haute-Isle et La Roche-Guyon ; et des Yvelines : Gommecourt et Bennecourt.

Histoire et Paysage

Ce site est reconnu pour sa flore exceptionnelle depuis le XVIIIème siècle. Autrefois occupés par des petites cultures, des vergers, vignes et pâturages, ces coteaux ont été peu à peu abandonnés. Depuis, les broussailles et boisements s’installent. Afin de le préserver, le site fut classé en site Natura 2000 en 2001, puis en réserve naturelle en 2009.

Patrimoine culturel

Grand amphithéâtre bordant la Seine, ponctué en son centre par le château de La Roche-Guyon datant des XIIème et XVIIIème siècles, les coteaux de la Seine forment un paysage d’exception, peint par les impressionnistes dont Monet et Renoir qui vinrent y séjourner. Les falaises de craies à silex, surtout connues en Normandie, sont exceptionnelles dans la région. Des habitations troglodytiques et d’anciennes carrières y sont creusées, ainsi qu’une église troglodytique. Ce site est classé pour son paysage depuis 1990.
A proximité immédiate du site de la réserve, monuments inscrits et classés (églises, châteaux, petit patrimoine rural) et villages pittoresques sont nombreux.

Patrimoine naturel

Les coteaux calcaires abritent une succession d’habitats spécifiques, inscrits dans une dynamique naturelle de fermeture :

• Les pelouses calcaires sont composées d’herbacées. Il en existe plusieurs types : pelouses xériques (très sèches) des abords de pinacles, et pelouses mésophiles (moyennement sèches) sur les pentes moins abruptes. Habitats d’intérêt communautaire, elles représentent l’enjeu principal du site et abritent une grande partie des espèces d’intérêt patrimonial du site.
• Les fruticées sont composées d’arbustes (Aubépine, Cornouillers…), et colonisent les pelouses.
• Les boisements calcicoles, composés d’arbres (Chênes…) représentent le dernier stade, forestier, qui remplace la fruticée.
On observe également des friches, des prairies, des cultures, et des plantations de résineux. Les habitats calcaires, principalement les pelouses, accueillent une faune et une flore spécifiques adaptées. Les conditions d’exposition au sud permettent même la présence d’espèces d’affinité méditerranéenne.

La flore

559 espèces ont été recensées depuis le XVIIIème siècle à nos jours. 12 espèces sont protégées régionalement comme l’Hélianthème blanchâtre, et 120 sont d’intérêt patrimonial, dont l’Astragale de Montpellier. 8 espèces sont considérées comme prioritaires sur le site, le Cytise rampant, l’Orobanche pourpre, le Stipe penné, l’Ophrys petite araignée, l’Hysope officinale, la Phalangère à fleur de lys, le Thalictrum nain, la Mélique ciliée.

La faune

Les coteaux ont une grande richesse en insectes :
• 39 espèces de papillons, dont 5 protégées régionalement comme le Mercure, et 14 sont d’intérêt patrimonial ;
• 28 espèces d’orthoptères, dont 4 protégées régionalement comme l’Oedipode turquoise, et 13 d’intérêt patrimonial ;
• La Petite cigale fredonnante est protégée régionalement.
On trouve 6 espèces de reptiles, dont le Lézard vert, la Coronelle lisse et la Vipère péliade. Le site accueille une soixantaine d’espèces d’oiseaux, dont la Pie-Grièche écorcheur et la Bondrée apivore.

Ces informations sont extraites de la brochure éditée par la Réserve Naturelle des Coteaux de la Seine. Pour savoir plus , consultez la page dédiée du site des Réserves Naturelles.